Congrès

Euroderm Excellence 2021

Euroderm 2021

18ème cours de l’EDF
du 16 au 19 novembre 2021, à Rome

Cette année, nous organisons la 18ème édition du programme de formation Euroderm Excellence : un cours unique offert aux meilleurs et aux plus brillants internes en dermato-vénérologie à travers l’Europe.

Depuis 2004, des rencontres ont eu lieu en Italie, de 2014 à 2018 nous avons basculé à Nice dans le sud de la France, et en 2019 nous sommes retournés à Rome. Le thème de l’Euroderm Excellence 2021, qui se tiendra à Rome, est « De la connaissance aux paradigmes en dermatologie ».

Ce cours est organisé par le Forum européen de dermatologie, une organisation professionnelle à but non lucratif dédiée à l’amélioration des besoins en soins de santé des patients en dermatologie en Europe.

➜ eurodermexcellence.com

À la une

Lettre à Monsieur le Professeur Georges MoulinHommage du Pr Luc THOMAS

Pr Georges MOULIN

Cher Monsieur, je ne vous ai jamais appelé autrement, certainement pas « Monsieur le Professeur » (trop « directeur d’hôpital !») ou « Monsieur Moulin » ou encore moins « Georges », (nous n’en avons jamais eu l’audace ni l’un ni l’autre) ce sera donc « Monsieur » ici encore.

Monsieur, vous m’en parliez souvent, vous avez une très belle famille.

Mais Monsieur, vous aviez aussi une « autre famille » celle-ci fondée sur votre engagement professionnel et c’est d’elle dont je viens tenter d’apporter le témoignage ici.

…/…

---

Comme médecin d’abord, plus précisément dermatologiste (comme vous aimiez dire plutôt que l’odieux « dermatologue »)
Interne des hôpitaux de Lyon (vous m’aviez dit combien cela n’avait pas été facile pour un Stéphanois !) puis chef de clinique du Pr Thiers (je ne l’ai pas connu mais il m’a tellement souvent été décrit comme exubérant et peu embarrassé par son « surmoi » que j’imagine à quel point, connaissant votre timidité, il a dû être difficile pour vous d’exister à ses côtés). Nommé professeur de dermatologie vous avez ensuite consacré toute votre vie à recréer la clinique dermatologique de l’Antiquaille dans le lieu même ou la dermatologie Lyonnaise était née et avait connu ses plus grands Maitres de Baumes à Rollet, de Gailleton à Favre. Dans cette clinique, la connaissance des maladies de peau se voulait basée sur les plus infimes détails lésionnels et c’est peut-être la raison pour laquelle elle se fondait sur une précise analyse microscopique. Ainsi la confrontation anatomo-clinique est devenue la signature de votre approche diagnostique et celle, bien sûr, de tous les membres de votre équipe qui se rassemblait dans la salle des microscopes pour tenter « d’étiqueter » (comme vous disiez) une éruption ou un ensemble sémiologique tout en analysant une à une les hypothèses et en espérant ne pas avoir à retenir, en attendant mieux, le groupe diagnostique presque infamant des « C.P.D. » (cas pour diagnostic).
Fort de cette approche clinico-microscopique vous êtes probablement le dernier parmi nous à avoir eu une connaissance complète encyclopédique des maladies de la peau. Des maladies génétiques aux plus rares tumeurs annexielles, des syndromes aux éponymes aussi longs qu’improbables aux exceptionnelles maladies des ongles ou des cheveux, vous les connaissiez tous alors qu’aujourd’hui beaucoup d’entre nous (et moi le premier bien sûr) ne sommes vraiment à l’aise que confrontés à seulement quelques dizaines de maladies différentes.
Vous étiez le « consultant de dernier recours » et les patients comme leurs médecins traitants ne s’y trompaient pas en vous adressant leur plus difficiles problèmes diagnostiques.
Vous exerciez cette activité avec une extrême rigueur morale qui fût un exemple pour nous tous, jamais un cadeau de l’industrie pharmaceutique à une époque où le moindre pot de thèse était ostentatoirement sponsorisé, jamais une grasse matinée le samedi matin au bord du lac d’Annecy que vous aimiez tant, vos weekends ne débutant que vers 13H30 après avoir appelé au téléphone les patients qui avaient « oublié » de se présenter à leur rendez-vous pour leur demander la permission de partir rejoindre votre famille.

Comme auteur de publications scientifiques ensuite (on dirait aujourd’hui « pratiquant de la recherche clinique »). Vous avez publié de très nombreux premiers cas français de maladies récemment certes décrites à l’étranger mais qui n’avaient pas échappé à votre vigilante veille bibliographique ou à votre assidue fréquentation des réunions du très select club Unna-Darier. De O’Brien à Kossard, de Cowden à Clark, combien de dermatopathologistes illustres du monde entier ont pu voir leur travaux mis en valeur et popularisés en langue française par vos publications dans les Annales de Dermatologie. Mais comme auteur de publications scientifiques il y a eu aussi vos « découvertes », vos « enfants nosographiques ». Je me rappelle d’une de nos conversations téléphoniques peu de temps après votre départ en retraite. Je vous avais naïvement annoncé que je venais de diagnostiquer un nouveau cas de « syndrome de Moulin » et vous m’aviez dit avec un petit air ironique dans la voix « Ah oui ? mais lequel ? ». Car, de fait, il y en avait trois :
Une forme unique d’amylose cutanée et cardiaque d’origine génétique et qui d’ailleurs à récemment été caractérisée au plan moléculaire.
Une curieuse maladie familiale des ongles dont vous aviez décrit la première famille. C’est d’ailleurs grâce à ce syndrome de Moulin là que nous avons eu notre dernier échange épistolaire il y a quelques jours, puisqu’en effet, grâce à la magie de la télémédecine, je venais d’identifier deux familles supplémentaires bien loin de la région lyonnaise et probablement sans lien avec la famille princeps. Vous m’aviez dit alors votre plaisir de voir votre observation enfin confirmée par ces nouveaux cas.
Enfin et surtout l’atrophodermie pigmentée Blasko-linéaire de Moulin (ou « Moulin’s disease » comme on dit désormais dans la littérature internationale après une vingtaine de publications concordantes). Il me semble qu’il s’agit, au mieux de ma connaissance, de la dernière maladie de peau décrite en langue Française dans l’histoire de la médecine.

Enfin (et surtout j’oserais dire) vous avez été un enseignant. Monsieur, vos élèves si nombreux dans les témoignages d’affection que j’ai reçu de toute la francophonie depuis que la triste annonce de votre disparition leur a été connue, montrent bien à quel point vous avez été influent dans leur développement professionnel. Pour ne pas en oublier je n’en citerai aucun mais ils se reconnaitront bien sûr !
Il y a de l’affection en chacun d’entre nous mais aussi tellement de gratitude pour les connaissances que vous avez bien voulu accepter de partager avec nous. Mais plus encore que des savoirs, vous nous avez appris une méthode, la discussion systématique des différentes hypothèses diagnostiques, leur évaluation contradictoire, l’économie des moyens d’investigation complémentaires et enfin la nécessaire synthèse des différents éléments de puzzle sémiologique.
Mais il n’y a pas que des médecins de votre « autre famille » à s’attrister de votre disparition, des infirmières, secrétaires, aides-soignantes, cadres infirmiers (vous disiez « surveillantes ») sont là pour témoigner de votre empreinte sur nos caractères et sur la manière d’exercer nos métiers.

Ainsi, vous aviez la passion de la transmission. Je n’oublie, nous n’oublions, donc pas votre conseil : « ne vous couchez jamais le soir sans avoir appris quelque chose de nouveau » (vous ajoutiez souvent malicieusement « vous avez de la chance ! » d’un air de dire, sans le dire bien sûr, que c’était plus facile d’apprendre du neuf quand on est tellement ignorant !).

Aujourd’hui, avec votre disparition, tous vos élèves et collaborateurs auront appris quelque chose de nouveau : la responsabilité qui est désormais la nôtre de transmettre à notre tour ce que vous nous avez appris.

Merci Monsieur

Luc Thomas et tous vos anciens élèves et collaborateurs

Le mot du PrésidentMarie-Aleth RICHARD

Chers membres du CEDEF,

Grâce à votre confiance, j’ai l’honneur de prendre la Présidence du Collège des Enseignants de Dermatologie de France (CEDEF) pour les deux années à venir.

L’ensemble du bureau du CEDEF qui a été élu en janvier 2021 avec Caroline Gaudy, secrétaire, Emilie Sbidian, trésorière, Nadège Cordel, Olivier Dereure, Gaëlle Quéreux ainsi que Frédéric Caux, past président du CEDEF et Sélim Aractingi le président du CNU s’engagent avec toute leur énergie et leur enthousiasme, et dans la convivialité, à finaliser aux mieux les modifications attendues dans l’enseignement de notre discipline par les réformes qui se succèdent à marche forcée dans le 2ème et dans le 3ème cycle des études médicales.

La crise sanitaire qui se poursuit en 2021, les modalités du dispositif d’encadrement des avantages (Loi anti cadeaux) publiées en octobre 2020 nous amènent à modifier profondément notre système d’enseignement aux internes. Les séminaires de formation qui sont prévus dans leur maquette doivent notamment être réorganisés. La digitalisation est une alternative (au moins transitoire) que nous allons structurer et optimiser pour garantir à nos étudiants l’accès à leurs formations.

…/…

Lire la suite

Prix Professeur Marc Larrègue 2021Concours photographique de la meilleure photo clinique

Photographiez, commentez, envoyez… et devenez l’un des 3 lauréats du prix 2021 !

Concours ouvert aux dermatologues du monde entier, avec le soutien institutionnel des Laboratoires Dermatologiques d’Uriage.

Soumettez-nous dès maintenant vos photos cliniques sur www.collectionmarclarregue.com

Juniors-SFD

Newsletter junior SFD-CEDEF 2021La newsletter 2021 est arrivée !

Pour la 7ème année, nous avons préparé la Newsletter Juniors conjointement, CEDEF et SFD avec la participation de seize d’entre vous que nous remercions chaleureusement pour cela.

Vous pourrez consulter leurs témoignages sur leurs stages, les séminaires, leur formation, projet de recherche etc… en espérant que vous y trouverez des informations pratiques et utiles, quelques soient votre année d’internat, vos projets et votre ville.

Vous y lirez aussi un témoignage sur cette année 2020 si particulière.

Nous y avons joint quelques informations et éléments de discussion autour de la réforme du 3ème cycle et de l’évolution à venir, à la fois pour essayer de répondre à vos interrogations et pour partager les réflexions en cours.

Vous y trouverez aussi les explications sur l’évolution des séminaires du CEDEF tenant compte de la répercussion de la crise sanitaire et de la réglementation, avec comme l’enjeu de vous offrir toujours un bouquet de formations variées accessibles à tous.

Et comme chaque année, la newsletter se termine par les Quiz réalisés par les lauréats du TOP 12 des JDP 2020. N’hésitez pas à participer, les 4 plus rapides ayant donné toutes les réponses justes se verront offrir le livre « De la clinique à la microscopie » des Professeurs Bernard CRIBIER et Maxime BATTISTELLA.

Vous recevez cette newsletter aujourd’hui et vous pourrez la retrouver sur le site du CEDEF et sur le site pro de la SFD, et la consulter tout au long de l’année selon vos besoins et les questions que vous vous posez.

Nous vous souhaitons un internat riche en échanges et expériences.

Marie BEYLOT-BARRY
Past-Présidente de la SFD

Delphine STAUMONT
Présidente Comité des Bourses de la SFD

Caroline GAUDY
Secrétaire du CEDEF

Brigitte FAIN
Directrice Administrative de la SFD

—-

NE MANQUEZ PAS LE QUIZ !

Félicitations aux gagnants !

  • Mathilde BÉRARD, ECN 2018,
  • Cassandre POTTIER, ECN 2018,
  • Manon GIROD, ECN 2018,
  • Léo-Paul SECCO, ECN 2017,

Ils ont été les 4 premiers à donner les bonnes réponses au quiz de la newsletter Juniors SFD !

Ils ont donc gagné chacun le livre « Dermatologie, de la clinique à la microscopie » des Professeurs Bernard CRIBIER et Maxime BATTISTELLA, offert par Elsevier.

Postes à pourvoir

Postez vos annonces via notre formulaire de contact.

Documents